Copyright2006©Jean-Marie

10 QUESTIONS
A JEAN-MARIE

Il n’est pas nécessaire d’investir beaucoup d’argent pour fabriquer un four à bois « familial de qualité ». Nos premiers fours n’étaient-ils pas en terre ? Utiliser la terre locale n’a que des atouts. C’est une démarche écologique et économique. JEAN-MARIE L’A FAIT !!!


1.F : Bonjour Jean-Marie. Quelles sont les raisons qui t’ont motivé à choisir ce type de four ?

JM : La relative facilité de construction pour un "non-maçon" (=le risque faible de se planter), l'emploi de matériaux naturels, l'originalité (par rapport à tous les fours en briques présentés sur le net)... et la mobilité !

2.F : Tu as suivi en ajoutant ta touche personnelle la fiche de Nicolas Moussu pour réaliser ton four (http://www.onpeutlefaire.com/ilslontfait/ilof-four-a-pain-en-terre-crue.php). Est-ce que tu as eu d’autres sources d’inspiration pour te lancer ?

JM : Non, assez peu, hormis un ami qui en a vu beaucoup en afrique du nord, ce qui m'a convaincu de la faisabilité, et de ne pas le faire en "dur" (il ne manque pas d'exemples sur le net).

3.F : Cette construction de four est elle accessible, et as-tu rencontré beaucoup de difficultés dans tes travaux ?

Copyright2006©Jean-Marie

JM : Hormis trouver la terre gratuitement, et passer du temps à la tamiser, pas de difficulté pour un bon bricoleur. L'investissement est raisonable, en fait c'est le support bois & roues qui en constitue l'essentiel ; pour le four, les briques de la sole, le sable et la chamotte, c'est peu.

4.F : Bien abrité, ce type de four peut-il être utilisé indéfiniment ?

JM : Je vous le dirai ds quinze ans ! Il parait que oui, et effectivement, il vaut mieux ne pas oublier de le rentrer en fin de chauffe ; la cuisson peut ensuite se faire à l'abri, voire ds la maison (si je n'avais pas 10 cm à grimper avec ses 300 kg...).

5.F : Concernant ces caractéristiques thermiques & économiques, le temps de mise en température est-il seulement de 1h30 comme l’indique Nicolas Moussu ?

Copyright2006©Jean-Marie

JM : Avec mon expérience de débutant en boulangerie au feu de bois (3 mois)... j'arrive plutot à deux heures de chauffe, mais je ne suis pas tres pressé le WE, et s'il faut un peu plus de bois, tant pis.

6.F : J’ai vu que tu voulais crépir ton four par une technique nord-africaine « le talc ». Qu’est ce que le talc, et ce choix est-il la continuité d’une démarche naturelle et écolo.

JM : J'aimerais continuer avec un matériau naturel (je n'ai pas encore creusé vraiment la question), en tout cas éviter un enduit potentiellement toxique !

7.F : Tes fournées sont-elles régulières et par quelle quantité ?

JM : Je m'en sers deux week-ends sur trois environ ; la fournée arrive à 4kg, j'ai meme reussi 1 kg supplémentaire apres la première fournée...

8.F : Peux-tu nous faire rêver, en nous détaillant une fournée de sa mise à température à sa dégustation ?

Copyright2006©Jean-Marie

JM : D'abord, il y a la magie du feu... difficile à démarrer, certes, une fois le four chaud une buchette s'enflamme spontanément, même sur des braises rougeoyantes. Il y a le plaisir d'utiliser une technique très ancienne, certainement pratiquée par mes ancêtres (eh oui, mon patronyme est Fournier...), la voûte du four qui passe de noir-suie à blanc en fin de chauffe, puis le pain qui lève et cuit, doré.. et surtout l'odeur ! Côté pizzas, le premier soir, on en a mangé 5 à 4... c'est tellement bon et facile à réaliser ! Si l'on pousse plus loin, on trouve tout ce que les anciens faisaient avec la courbe de température du four : pain, gratins, gateaux, brioches, meringues, séchage de fruits (ou même de duvet mais je n'ai pas de canards !).

9.F : Maintenant que tu utilises un four en argile. Quelles qualités et quels défauts (s’il y en a…) différencient ce type de four d’un four béton-brique?

Copyright2006©Jean-Marie

JM : (Je n'ai pas testé de four béton brique...mais j'en ai regardé pas mal sur le net (forum http://aux-fours-a-pain.aceboard.fr/index.php?login=20063)

Qualités : matériaux naturels "locaux" et bon marché, plaisir de travailler la terre à la main (pas agressive pour la peau comme le ciment), simplicité de la structure, possibilité de ne pas l'avoir toujours au meme endroit voire de l'emporter (sur remorque, Nicolas Moussu l'a fait), originalité ds un monde plutôt "béton" ("quoi ? un four avec de la paille ???").

Inconvénients : fragilité (dont celle de la porte en bois), durée de vie probablement inférieure (faudra recommencer...), sensibilité à l'humidité, moins de rangements et de comodités intégrés (réserve bois, rangement pelles...), et probablement moins bien isolé qu'avec 40 cm de chamotte ou de sable dessus...

10.F : Pour conclure, tu fais des envieux avec ton engin venu de l’espace. Tes enfants disent voir un gamin devant son joujou tout neuf. Le gamin envisage-t-il d’autres projets, ou des améliorations techniques pour son jouet ? Jean-Marie nous expose son expérience sur : http://jm69.free.fr/four/index.php

JM : D'autres projets oui, mais ils dépassent assez souvent mes capacités en temps libre... Outre le chauffe-eau solaire (acheté-installé, pas de regrets de n'avoir rien fait main !) et la récupération d'eau bricolée, en cette période hivernale et moins propice aux travaux extérieurs, je me penche sur... les poêles de masse, en brique de terre crue bien sûr ! Disons quelques centaines de kg de terre à manipuler, pour profiter longtemps de la chaleur d'un bon feu de bois. Ce sera très probablement moins simple que le four... et encore le web est d'un grand secours pour partager nos expériences, pas vrai ;-) ?

Vous êtes actuellement 10 visiteurs connectés sur le site !